( 3 octobre, 2017 )

La secte des assassins.

l’intégralité du texte peut faire l’objet d’un envoi en utilisant la rubrique « contacts ».

Par Philippe C.

Afin de mieux saisir la philosophie de cet Ordre pour les uns, confrérie ou secte pour les autres, il y a lieu de revenir deux minutes à la mort du prophète de l’Islam : Mohamet et à son message.

Le Coran comporte un certain nombre de sourates avec  un fatras d’oukases contradictoires entre eux.

Les sourates définies comme l’équivalent des chapitres dans la bible à la différence qu’elles n’ont aucun ordre chronologique

Le Coran est constitué de 114 sourates de longueurs inégales avec un nombre variable de versets.

Le prophète mort sans testament, le pouvoir passe à l’un de ses fidèles, père de l’une de ses épouses, Abû Bakr qui prend le titre de Calife ou Lieutenant du Prophète et fonde de fait l’institution du Califat.

 Mais ce pouvoir est presque immédiatement contesté par  Ali, cousin du Prophète, qui s’érige en héritier de sang.

La mort de Mahomet est pour l’Islam son premier schisme, qui va les diviser entre Chiites et Sunnites.

Les Chiites pensant que le recours à la famille du Prophète permettrait un retour au message originel de Mahomet.

Par la suite les Turcs Seldjoukides (Sunnites) allaient participer à une nouvelle scission au sein de l’Islam qui comptait désormais deux grands courants eux-mêmes divisés en plusieurs tendances.

L’origine de l’ismaélisme remonte  à  la mort du sixième imam chiite en 765.

 Mais le Chiisme se divise à son tour en Chiisme duodécimain, majoritaire, qui croit dans l’existence des 12 imams et le Chiisme ismaélien, qui n’en reconnait que 7.

La différence entre finalement le Sunnisme et Chiisme vient de l’importance de l’imam chiite par rapport au sunnite, qui lui préside simplement à la prière dans les mosquées.

Le Chiite est réputé infaillible dans l’interprétation du sens caché du Coran et tous les fidèles lui doivent allégeance.

Est de même réputée infaillible Fatima, la fille du Prophète et l’épouse d’Ali.

Autre différence, l’existence d’un clergé très hiérarchisé, proche de la population et indépendant du pouvoir politique chez les Chiites, mais que la communauté des croyants suit au travers des «ayatollahs» (ou «signe de Dieu»),

Alors que les musulmans sunnites acceptent la confusion de l’autorité politique et de l’autorité religieuse en une même personne (autrefois le calife, aujourd’hui le souverain, comme au Maroc, ou l’homme fort du moment. Les chiites distinguent les deux sphères politique et religieuse)….

Publié dans 3 - Fonds documentaire par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La secte des assassins. ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|