( 3 octobre, 2017 )

La bulle papale OMNE DATUM OPTIMUM

Le texte intégral peut faire l’objet d’une demande transmise via la rubrique « nous contacter ».

Par Marie-Pierre J.

LA NOTION DE BULLE

 Il s’agit d’un écrit, relevant du gouvernement de l’Eglise et présentant un intérêt public, qui était originellement scellé

La bulle vient du latin « bulla », c’est-à-dire sceau 

-Ce sceau pouvait être en métal, plomb ou or et maintenait la cordelette qui fermait le document. Ce sceau  permettait l’identification de son auteur. Au XII siècle il portait sur une face le visage des apôtres Pierre et Paul, et de l’autre celle du Pape auteur de la bulle

-Cette bulle est désignée par son incipit, c’est-à-dire ses 1ers mots

-Sa promulgation se dit fulmination

-C’est l’acte juridique le plus important que prend un souverain pontife.

Cet écrit est en haut de la hiérarchie des normes. Pour faire une comparaison moderne il s’agirait de la  constitution  par rapport aux lois, décrets,  règlement.

Ce que fait une bulle, seule une bulle peut le défaire, il s’agit du parallélisme des formes.

La bulle OMNE DATUM a donné des indépendances à l’Ordre lui permettant d’exister pleinement , la bulle du 22 mars 1312 de Clément V  a aboli définitivement  l’Ordre

-Cette bulle peut donner une définition dogmatique, ordonner une canonisation, la convocation d’un concile (avant le schisme s’était l’Empereur d’Orient),

Elle concerne l’ensemble des chrétiens, mais pas seulement peut s’adresser aux païens.

Elle a donc une vocation universelle

-Il existe plusieurs sortes de bulle notamment la bulle décrétale de rang inférieur, qui permet l’administration de l’Eglise.

-La bulle qui est examinée ici est une bulle très structurée : avant d’accorder un privilège elle donne la raison de ce privilège.

Elle est extrêmement bien rédigée

Son assisse est large, aucun domaine n’est oublié.

Ses 1ers mots sont tirés de l’Evangile de Jacques , et signifie « toute grâce excellente »


L’APPORT DE LA  REVOLUTION CHRETIENNE

 La bulle ne peut se comprendre qu’en la situant dans le contexte politique de l’époque.

A ce titre, il convient de rappeler rapidement le rôle de la révolution chrétienne sur ce millénaire.

Sur le plan historique, l’arrivée du christianisme est une révolution .Si on considère l’évangile  comme ayant un caractère divin, on y voie une révélation

Toujours est il que cette révolution ou cette révélation a apporté 2 modifications fondamentales :

-La première par la modification radicale du  divin, qui ici à  aucun intérêt  pour nous

-La deuxième par l’incarnation terrestre du verbe « et le verbe s’est fait chair, et il a habité parmi nous »

Dans l’Antiquité il n’y avait qu’un seul imperium .La subordination inclut la religion dans l’état quel qui soit : le « jus sacrum » est inclus dans le «  jus publicum »

Chez les grecs la notion d’humanité est la Cité .Chez les romains c’est l’unité de la conquête. Pour le christianisme, l’humanité est une et n’est incluse dans aucune autre notion

La rupture repose donc  principalement sur la primauté de la personne humaine, qui  porte des droits inhérents à sa personne et résultant de sa vocation à l’immortalité.

Le sens des préoccupations politiques est dès lors différents : peu importe le meilleur régime politique, puisque la vie temporelle n’est qu’un acheminement.

Mais la détermination de la limite des droits des Etats est dès lors essentielle pour le christianisme

Il y a  création d’un nouveau droit « ex nihilo » : les rapports de l’Etat avec l’individu

2 apports fondamentaux et constitutionnels seront tirés de cette primauté :

            -l’idée d’unité humaine

            -l’idée de la dualité du spirituel et du temporel qui nécessite la création de nouvelles structures constitutionnelles et qui font apparaître 3 problèmes nouveaux : le problème de humanité, le problème de la dualité politico/ecclésiastique et la détermination des limites et la conciliation de ses oppositions

Il convient dès lors de délimiter ceux qui relève directement de Dieu et ceux qui était abandonné aux contingences humaines ou politiques :

« Maitre vous qui parlait si bien, dites nous votre avis sur ceci : est il permis de payer le tribut à César »

Apres avoir demande une pièce , Jésus dit « rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu »

Ce qui est à César relève du domaine temporel et ce qui est à Dieu relève du domaine spirituel

C’est tout le fondement de notre droit public ou constitutionnel moderne

Au XXI siècle une partie de notre planète est encore confrontée à cette dualité

La bulle allait bouleverser l’organisation structurelle établie en donnant  des indépendances et permettre ainsi l’éclosion d’autre chose

 

L’APOGEE DE L’AUGUSTINISME POLITIQUE

 Bien que la notion d’Augustinisme politique (domination du spirituel sur le temporel) soit considérée comme un dévoiement de la pensée de Saint Augustin (existence des 2 cités en conciliation), il n’en demeure pas moins que l’allégorie des 2 glaives a eu une importance considérable, allégorie diffusée par Saint Bernard.

Ces 2 épées apparaissent avec le récit de la Passion,

«  Après la Cène Jésus indique aux apôtres qu’ils doivent préférer l’épée à la tunique. Et ceux-ci répondent qu’ils ont 2 épées .Le Christ dit « c’est assez » (Luc,XII,38) 

Un peu plus tard Jésus ferra remettre à Pierre , qui a coupé l’oreille du serviteur du grand prêtre ,l’épée au fourreau (Mathieu, XXVI, 50) »

Pour Saint Bernard ces 2 épées représentent les pouvoirs spirituel et temporel, et sont également d’institution divine. Du fait que Pierre détenait les 2 épées il revient au successeur de Pierre de détenir les 2 épées et d’attribuer le glaive temporel a l’empereur : le Prince est un agent nécessaire car tirer l’épée est indigne des fonctions sacerdotales, mais rend ainsi le Sacerdoce dépendant du temporel. La demande de Jésus à Pierre de remettre l’épée au fourreau n’est pas la suppression de l’épée de Pierre ou que le glaive soit enlevé au Pape.

L’un et l’autre glaive appartiennent à l’Eglise. A savoir le glaive spirituel et le glaive matériel. Mais celui-ci doit être tiré pour l’Eglise, celui la par l’Eglise. Le 1er par la main du prêtre et le second par la main du chevalier

C’est la domination de l’Eglise « imperium mundi »

La bulle par la création d’indépendances allait engendrer un état structurel de  « l’imperium mundi »


 LE SCHISME

 C’est la séparation des Eglises d’Orient et d’Occident

La date généralement retenue pour le début du schisme est 1054, années des excommunications échangées entre Rome et Constantinople, suite à une longue période de tensions….

Publié dans 3 - Fonds documentaire par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La bulle papale OMNE DATUM OPTIMUM ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|